montreuil

Féminisme à Montreuil : des lieux publics vont porter le nom de trois figures emblématiques

Pour rendre honneur à trois figures majeures du féminisme, le conseil municipal de Seine Saint-Denis a choisi de donner leur nom à des lieux publics, au coeur de Montreuil.

C’est la petite actu de la journée.

Simone Veil, Thérèse Clerc et Gisèle Halimi

Le square qui longe l’école Stéphane Hessel et l’avenue de la Résistance, ainsi que le mail Chauzy près du collège Solveig-Anspach ne portaient pas de nom jusqu’ici, et s’appelleront donc Simone Veil (femme d’État à l’origine de la légalisation de l’avortement) et Thérèse Clerc (militante du MLAC, fondatrice de la Maison des Femmes, et de la Maison des Babayagas).

La place Gisèle Halimi (avocate et militante féministe) est quant à elle située entre les rues du Bel-Air, Lenain de Tillemont et Anatole France. Cette place ne portait pas non plus de nom jusqu’ici.

L’enjeu de ces dénominations

Pour la ville de Montreuil, c’est l’occasion de réparer les injustices faites aux femmes et de rendre hommage à des grandes dames qui ont révolutionné la vie des femmes à de multiples reprises.

Face au constat de la prédominance d’odonymes masculins partout en France, tant à Montreuil qu’à Paris, à l’Ouest, au Nord comme au Sud, la ville a souhaité changer la donne dans un objectif de répartition égalitaire.

Autre enjeu crucial de cette décision municipale : « contribuer à la transmission de la mémoire des combats menés par ces femmes« .

Cet hommage sert également de levier de croissance au matrimoine Français, qui, on l’espère, n’a pas fini de grandir.

 

Laissez un commentaire